Mat Hild • Facebook touch


Mat Hild, sous son habile pseudonyme (elle est enseignante et éditrice), est une observatrice avisée de la petite communauté de Facebook. Son regard est perçant, parfois cinglant, jamais amer, toujours juste. On se régale, on se retrouve, à la lecture de ces portraits, de cette typologie des utilisateurs de Facebook.

Les “Facebook touches” ont tellement bien fonctionné sur Hors-Sol que Mat Hild a eu la chance de les publier en recueil. On ne saurait trop conseiller ce volume, préfacé, excusez du peu, par Claro.

Cette entrée a été publiée dans Chroniques, Format, Genre, Performance, Texte, Touches, et marquée avec , , , , , le par .

4 réflexions au sujet de « Mat Hild • Facebook touch »

  1. Maria Maïlat

    L’Amazone qui pense avoir trouvé son nouveau champ de bataille post-68 sur FB et part à la chasse de celles qui parlent chiffons ou écoutent des chansons loufoques. Elle est prête à «éliminer» tous ceux qui osent l’ouvrir autrement que pour adhérer à un des thèmes écolos publiés sur son Mur.

    Le Franco-hongrois qui pense que vous parlez hongrois juste pour vous foutre de sa gueule ou pour draguer un nouveau riche hongrois installé à Nice. Autrement, il vous prend pour une midinette à qui il faut expliquer qui était Salvator Dali ou l’endroit où se situe Marseille sur la carte.

    Le Franco-anglais qui se demande si vous avez l’âge légal pour vous balancez un morceau de Pasolini à l’heure de la berceuse.

    Le chauffeur de taxi vous propose d’utiliser son mur comme une banquette arrière en oubliant quelque chose que vous ne voulez surtout pas oublier (ni publier) et qui se met en colère si vous ne répondez pas sur-le-champ à toutes ses questions.

    Le paternaliste vous tance gentiment du haut de sa personnalité publique (il aime afficher ses fonctions et prix et son dernier passage sur le poste après 23h). Il se croit capable de vous faire admettre que vous avez l’âge d’une lycéenne pour l’admirer simplement parce qu’il daigne de vous dire bonjour en passant sur votre mur.

    L’ancien amant abandonné reste dans l’ombre en épluchant vos échanges et publications et vous écrit un email vengeur où il se dit déçu de vous voir en arriver là (là=FB).

    La femme de lettre et de cœur vous demande mi-décembre de faire un click pour les Resto du cœur afin que l’on fournisse des légumes en conserve aux pauvres, mais qui tient à vous attirer l’attention sur un problème majeur, car les étiquettes des conserves affichées sur le site du FB sont, hélas, illisibles. Elle profite au passage pour remercier une amie qui a parlé de son dernier roman.

    Monsieur «tout le monde» n’existe pas sur FB. Ici, tout le monde est une exception. Mais quelle serait la règle?

    Répondre
  2. dereck didier

    J’ai lu avec intérêt votre savoureuse chronique 1,2 et 3 trouvées sur le mur d’une amie Dom Moreau !(et partagé sur mon mur)
    Je souhaite lire la 4ème partie, et serais ravis de faire partie de vos amis.
    Je ne peux vous envoyer de demande car je suis bloquer par FB, avec la dernière versions il faut connaitre les personnes pour envoyer une demande !! (suis donc bloqué 14 jours)
    Par contre je peux en accepter si vous, vous m’en envoyer une demande.
    En espérant une réponse favorable !
    Didier Dereck – photographe

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *