Delphine Bretesché † L’haleine sacrée du Général

Interdiction absolue de Le regarder
avait aboyé l’Aide de Son camp
interdiction absolue de Lui adresser la parole
les yeux baissés sur Ses bottes j’avais pratiqué l’examen à tâtons.
J’ouvre une petite parenthèse sur cette spécialité bien particulière
qui outre doigté et méthode demande un sang-froid et une dextérité extrême
je ferme la petite parenthèse.
L’Aide de Ses camps déposa entre mes doigts tremblants l’auguste chair.
Chez mes patients ça respire fort
à cause du trouble de la peur
chez le Général rien
je tendais l’oreille
rien.
Sauf
oui
dans le creux de ma main
sur ma paume émue
la souple verge respirait.
L’haleine sacrée du Général murmurais-je.
Je pratiquais l’examen
enivrée du parfum de ce souffle.
Depuis
mon nez
au creux de cous anonymes
mon nez
hélas
chérissons le souvenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *