Alvaro García de Zúñiga • Le fabuleux intestin d’Instin

Poète, Garcia de Zúñiga a fait de la langue (des langues) la matière première de son travail créatif, une langue musicale, visuelle, une langue inventée, vidée, détruite-reconstruite, génératrice de sens/sons multiples. Une langue passe-partout finalement, une langue sans nationalité spécifique qui s’amuse à se croiser avec d’autres langues, à des-hiérarchiser les conventions linguistiques. Une langue élastique où la norme ne s’impose pas et la différence est la bienvenue. Une langue régie par trois mots: Étrange, logique, musique. Plusieurs de ses textes ont été l’objet de mises-en-scènes de l’auteur et/ou de lectures publiques. Il a réalisé plusieurs films, pièces audio et de théâtre radiophonique/art acoustique. Avec Teresa Albuquerque il crée en 1996 blablaLab, un laboratoire de projets transversaux et multidisciplinaires développés fondamentalement à partir de ses textes.

Le texte que nous présentons provient du projet Manuel, programme de théâtre radiophonique/art acoustique, realisé par Alvaro García de Zúñiga et Hein Brhül, produit par le Studio Akustische Kunst de WDR en 2003 et 2004.

Manuel — mi-homme, mi-mode d’emploi — essaye de comprendre la réalité à travers les livres. Et vice-versa (à travers les livres la réalité). Et vice-vice et versa-versa (à travers les livres les livres et à travers la réalité la réalité). D’abord fixé dans la fixation, Manuel pense à y penser pour finalement dire qu’il faut parler. Trop tard.


Court et droit au but.

Comme son instinct.


Généralement on parle des instincts du général,

mais il s’agit d’une erreur majeur

dit le capitaine Manuel,

qui a été son quiroproctologue

qui reporta, procta logue est,

quelques troubles qui troublèrent

corps et esprit (pompier)

des instances d’Instin

quand il était déjà bien plus que colonel.


Manuel a signalé

(avec son index majeur,

mon commandant) :

iléus paralytique

mégacôlon toxique

Hirschprung

Crohn1

enterovirose

parasitose

chólera

et pire que tout

(dit colérique) :

invagination intestinale

ou intussusception.


Pas sympathique,

comme système,

parasympathique du tout.

Vaguement vagal,

dit Manuel, tonique.


Ainsi, le destin

de l’intestin d’Instin

s’est voulu

lypotimique

et phénoménalement sujet

à des phénomènes colitiques

diarrhées,

vomissements

et larmes,

pleure Manuel.

Show 1 footnote

  1. Il ne s’agit pas de vin de Porto, comme quelques uns le croient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *